Guide des restaurants halal à Paris et dans toute la France - Actus Hallal

Les raisons de la victoire à la bataille de BADR

Dans l’histoire récente et ancienne du Monde, il est des jours que l’humanité commémore et honore. En effet, ceux-ci furent marqués par de grands événements, tel le vendredi du dix septième jour du mois de Ramadhan de la deuxième année de l’Hégire.

 Cette date restera dans les mémoires comme la grande victoire de Badr, qui aboutit à la fin de la puissance des QURAISHYTES et à l’élévation de l’esprit des musulmans qui remportèrent une grande victoire.

Dieu (qu’il soit exalté) perpétuera ce souvenir dans le Coran en l’appelant le « JOUR DE LA DISTINCTION » en disant « Dieu vous a accordé la victoire à Badr, alors que vous étiez faibles » (S.III V.123) (Traduction nouvelle du Coran et commentaires par S.E Hamza BOUBAKEUR).

Le Prophète (SAWS) promit le Paradis à ceux qui participèrent à cette bataille. En effet, HAFSA (que Dieu soit satisfait d’elle) rapporta qu’elle entendit l’Envoyé de Dieu dire : « J’espère, si Dieu le veut, que celui qui participa à Badr et Houdybia, n’ira pas en Enfer. Les Quraïshytes furent ébranlés par leur échec à Badr et consacrèrent alors d’énormes moyens pour reprendre la lutte contre les musulmans. Mais derrière cette éclatante victoire il faut déceler les facteurs décisifs :

1°) La puissance de la foi qui animait les esprits

Les premiers musulmans crurent sincèrement à l’importance de leurs efforts et à la vérité de l’Appel, autant qu’au soutien de Dieu, puisque leurs actions furent dédiées à l’Au Delà et non pour l’Ici Bas. Ils luttèrent pour que la Parole de Dieu soit la plus respectée. Cette Foi, poussa les musulmans à participer à la bataille avec sérénité et en ne tenant pas compte de la supériorité numérique de leurs ennemis.

2°) La cohésion du front intérieur

Après la fuite des musulmans, de la Mecque, jusqu’à Médine, l’Envoyé de Dieu (SAWS) réconcilia d’abord les réfugiés avec les habitants de Médine, ensuite organisa la Mosquée qu’il y avait construite, pour qu’elle devienne un haut lieu Islamique et qu’elle rassemble toutes les tribus Arabes qui vivaient séparément les unes des autres. Cela permit au Prophète d’unifier rapidement le front intérieur.

Il imposa même, une alliance avec les Juifs de Médine pour stabiliser la sécurité et la paix entre les différentes ethnies, et cessa toute hostilité envers les Hypocrites pour éviter l’agitation politique à Médine. Il commença son œuvre en négociant un traité avec les habitants de la ville, il adopta le principe de la concertation pour traiter les problèmes et choisir le point de vue le plus valable. Ainsi les habitants de Médine connurent une réunification solide pour se défendre contre les agressions extérieures. La cohésion du front intérieur se refléta sur les combattants de Badr.

3° Le génie stratégique

L’exode des musulmans de la Mecque, qui avaient abandonné leurs biens et laissé leurs familles à la domination des polythéistes. Leur persécution eut pour conséquence un état de guerre permanent entre les Quraïshytes et les musulmans.

L’Envoyé de Dieu (SAWS) décida donc de mener le combat contre les Quraïshytes, pour montrer la force et la capacité des musulmans à se libérer du joug des polythéistes.

Le Prophète pour évaluer leur puissance, s’allia à quelques tribus, qui jalonnaient la route commerciale. Ainsi l’Envoyé de Dieu, rassembla des renseignements sur l’ennemi et put le situer.

Le Prophète interrogea par exemple deux jeunes hommes appartenant à l’armée des polythéistes afin de connaître l’effectif de l’ennemi.

Mais les deux jeunes hommes ne purent répondre. Le Prophète leur demanda alors :

« Combien de bêtes égorgent-ils ? »

« Un jour, neuf et un jour, dix »     répondirent-ils.

Le Prophète put en déduire que les troupes de l’ennemi comptaient entre neuf cents et mille combattants. Puis le Prophète (SAWS) s’informa des noms des adversaires qui participeraient à la bataille et leur efficacité militaire. Parmi ceux-ci, il y avait OUTBA et SHAIBA, (les fils de RABIAH) ainsi que ABOU JAHL et d’autres dignitaires Quraïshytes. Sans doute la connaissance de la situation de l’ennemi, de son potentiel militaire, de ses chefs, et de ses propres moyens permit au Prophète de dresser le plan judicieux pour battre les polythéistes.

4°) La détermination

Les musulmans avaient foi en la destinée de l’homme sur terre, laquelle s’achève à la fin d’un terme fixé, conformément à la Parole de Dieu (Qu’il soit glorifié) qui dit : « lorsque ce terme arrivera, ils ne pourront ni le reculer, ni l’avancer (fût-ce) d’une heure ».

De cette croyance, s’éleva un courage et un esprit de sacrifice. C’est dans cet état d’esprit extraordinaire que BILAL BEN RABAH, cria à pleine voix :

« EN AVANT ! EN AVANT ! Et que OMAIR BEN HUMAM, rejetant les dattes qu’il avait dans ses mains, s’empressa de courir au combat où il lutta vaillamment avec son glaive jusqu’à la mort, pour la cause de Dieu.

Le Messager de Dieu, se concertait souvent, avant la bataille, avec ses partisans et les Médinois. ABOUBAKR AL SEDDIQUE et OMAR BEN AL KHATTAB (que Dieu soit satisfait d’eux) étaient quant à eux, d’avis de combattre, AL MOUKDAD BEN AMR, soutenait ce point de   vue.

Le Prophète consulta ensuite ses partisans. SAAD BEN MOUAZ, se leva et dit : « Ô Envoyé de Dieu, par Dieu, nous avons cru en ta mission, nous avons apporté la vérité et ceux qui y ont ajouté foi ainsi que nous, t’avons donné notre serment. Exécute ce que Dieu t’a ordonné et nous te soutiendrons ; Par celui qui t’a envoyé avec la vérité, si tu nous ordonnes de traverser la mer, nous le ferons. Nous sommes tenaces à la guerre et loyaux à la bataille » . Ici, le Sage Chef de guerre s’aperçut que son armée s’était unie sur une seule idée et d’un seul cœur, sans division, et que tous étaient préparés au martyr pour la cause de Dieu.

En effet, le Prophète leur dit : « marchez et faites annonce. Or Dieu m’a promis sur l’une ou l’autre des deux alternatives : la caravane ou l’armée (mafîr). Si la caravane s’enfuit alors, se battre est inévitable. « Par Dieu j’ai la vision inspirée de nombreux ennemis morts ».

Si nous avons parlé des quelques fondements de la victoire des musulmans dans la bataille de Badr, il est mérité de mentionner en premier le soutien de Dieu pour ses serviteurs fidèles. « Car c’était pour nous un devoir que de prêter secours aux croyants » . (S.XXX – V.47). Par le Cheikh HOSNI ATTIA SALEIM

Dr. Dalil BOUBAKEUR : Recteur de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

©Top Halal : reproduction et diffusion réservés. Top-Halal.fr est un site créé par Younès® ------------------> Mentions Légales